METTRE FIN À LA
NOUVELLE NORMALE

Nous ne devrions pas nous sentir obligés de renverser une « nouvelle normalité » pour vivre la vie que nous choisissons : vous ne construisez pas quelque chose en détruisant son contraire. Comme le contrôle n'est pas le résultat spontané de la destruction de la liberté, la liberté n'est pas non plus créée en détruisant le contrôle. La liberté est sublime, innovante et digne.

Nous pouvons, au contraire, affirmer notre supériorité sur l'autorité illégitime. Nous pouvons rejeter la législation, nous déclarer exempts des embûches juridiques. Nous pouvons faire ces choix, s'ils n'empiètent jamais sur les choix des autres.


Il s'ensuit que toute imposition (législation, politique ou directive - d' urgence ou autre) à des particuliers peut être rejetée. Vous restez libre de vous lier à la création sans fin de nouvelles lois, mais vous ne pouvez pas les imposer aux autres.

Au fil du temps, cela produira le démantèlement approprié et méthodique de l'autorité corrompue. A sa place fleuriront des Tribunaux Criminels rationnels fonctionnant sous le pouvoir de l'Autorité Publique, observant :


  je.   Tout crime nécessite une victime.
  ii.  Un procès par jury pour tous les cas.
  iii.  Tout le reste relève du droit des contrats et nécessite une signature.
 

Tout individu - propriétaire, directeur ou employé de toute industrie, employé de police, membre d'un groupe consultatif, professionnel de la santé, homme politique, « chef d'État » ou ceux qui contrôlent notre masse monétaire - raisonnablement soupçonné d'avoir causé des dommages ou des pertes à des particuliers est responsable devant charges criminelles.

 

Vous ne répondez à personne, ils nous répondent lorsqu'ils supposent intervenir .


Pour que cela fonctionne, nous devons agir et non le souhaiter.
Nous possédons déjà les palais de justice.
Nous pouvons le faire ensemble parce que NOUS sommes l'AUTORITÉ.